temps de parole d’un mythe

D’après une vue de l’île du Rocher Percé, gravure de Hervey Smyth, 1768. /  Perce Rock Gaspe Quebec, une peinture de Sharon Duguay, 2011.

C’est moins l’effet produit par une telle image qui nous importe ici que l’exemple même choisi par Bataille, la pierre de lune qui succède au cheval de beurre de l’expérience intérieure. La substitution d’une image à l’autre relèverait du détail le plus banal, si pierre de lune n’était significativement une image d’Arcane 17. (...)


Bataille cite (...) le passage où figure l’image en question en relatant comment «à partir d’un parcours en bâteau de pêche autour d’un large rocher (le Rocher Percé), que peuple une colonie d’oiseaux» (XI, p.71) André Breton, «Pour aller au bout de la profondeur de ce qui est, et lire dans la transparence, s’écartant du travail d’analyse, (...) laisse parler en lui le rocher et l’oiseau comme autrefois le fit l’hummanité créatrice de mythes.»


Georges Bataille, à l’extrémité de la poésie de Sylvain Santi. Éditions Faux Titre, p. 108, 2007.

i148 - 2018